Publicité
Publicité
Rall Guillaume | mercredi 1 avril 2015 - | Dernière modification le

Transfert de compétences : missions du kiné dans la santé de demain

La désertification médicale est une problématique à laquelle les pouvoir publics tentent de répondre. Le transfert de compétences entre professionnels de santé pourrait être l'une des solutions.


La démographie des professionnels de santé présente aujourd'hui deux symptômes : le nombre de praticiens est insuffisant et leur répartition est très hétérogène sur le territoire. Ces deux facteurs sont à l'origine des déserts médicaux.
Or, une étude de la Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Évaluation et des Statistiques (Drees)  indique que l'augmentation du numerus clausus des médecins ne porterait ses fruits qu'à l'horizon 2030.

Si cette problématique ne concernait que les professionnels de santé médicaux, la réponse en serait d'autant plus simple. Or la désertification médicale est facilement extensible à une désertification sanitaire, tant la pénurie de professionnels paramédicaux se fait également ressentir. La profession de kinésithérapeute reflète bien la situation globale, avec une augmentation des quotas chaque année, cependant insuffisante pour pallier aux besoins de santé dans certaines régions.

Le constat étant le même entre la démographie des professionnels médicaux et paramédicaux, la réponse à cet enjeu pourrait être trouvée en prenant en compte ces deux phénomènes conjointement. La Haute Autorité de Santé a déjà avancé sur une nouvelle organisation des soins de santé pour satisfaire la demande croissante en soins de la population : elle prendrait la forme de coopérations entre professionnels de santé. Celles-ci pourraient s'effectuer de différentes manières.

Deux d'entre elles ont été définies par la HAS : la délégation et le transfert :

  • La délégation est l'action par laquelle le médecin confie à un autre professionnel de santé la réalisation d'un acte de soin ou une tâche. Dans ce cas, la responsabilité du médecin est engagée dans la réalisation de l'acte.
  • Le transfert confie l'acte de soin à un autre professionnel, tout en lui déléguant la responsabilité de l'acte. L'objectif est de pouvoir trouver la coopération qui puisse apporter une satisfaction sanitaire et économique.

Un rapport traitant cette problématique paru en 2003 (Rapport Berland) préconisait déjà à l'époque une mise en place rapide de transferts de compétences entre les professionnels médicaux et paramédicaux. Selon ce rapport, le transfert de compétence est le système le plus abouti afin de mieux répartir les missions de chaque professionnel.

Le transfert de compétence n'est pas une idée restreinte à l'organisation du système de santé français. Certains pays ont même pris les devants depuis plusieurs années concernant l'évolution des compétences du physiothérapeute. L'Ordre Professionnel de la Physiothérapie au Québec a sorti en 2011 une revue systématique de la littérature sur les pratiques avancées en physiothérapie. Le physiothérapeute québecois a depuis plusieurs années de nouveaux rôles qui lui sont délégués afin d'optimiser la prise en charge du patient (prescription d'examens complémentaires, triage des patients en première ligne dans un service d'urgence, prescription d'AINS...). La revue met en évidence dans ses conclusions la diminution importante des délais de prise en charge, ainsi que l'augmentation de la satisfaction du patient. Les diminutions de coûts de santé semblent plus relatifs par contre.

Ces évolutions sont-elles possibles en France ? L'article 30 de la loi santé, actuellement débattue au Parlement propose une définition claire et lisible des pratiques avancées. La réflexion au sujet des missions du kiné dans la santé de demain peut être aujourd'hui menée sur le volet législatif. A l'heure où les professionnels et les politiques se déchirent sur la généralisation du tiers payant, les pratiques avancées ne restent que peu évoquées. La mise en place de pratiques avancées pour réformer le système de santé reste une problématique de seconde rang, ce qui n'est pas du goût de tout le monde. Cet article 30 sera débattu dans les prochains jours à l’assemblée, le débat promet cependant d’être passionnant !

Partager cet article

Souscription

Inscrivez-vous pour recevoir les nouveaux articles directement par couriel.
Vie privée garantie. Nous ne partageons pas vos données personnelles.

Articles récents

Template modified by info-kine.com from a work of Uong Jowo, Kang Ismet, Solaranlagen, Bed In A Bag, and Lawyers . Fourni par Blogger.

2015 La Revue de Presse des Kinésithérapeutes. All Rights Reserved. Licence Creative Commons